Accueil
dessins
peintures
sculptures
projets
installations
architecture
poésies

1er juin 2005

 

Le sens de mes dents claque tempête.
De larges pertes cernent mes gestes,
envasent l’eau de mes os.

Le sang de mes tempes bat tue-tête.
Des bouts de chien rongent dans mes mains,
agenouillent mon cou entre deux bêtes.

Les faux-phares jettent la parallaxe à mes fentes.
Les ponts tournants font siphon de moi.
Le dévastant fore l’avant-trou dans ma lumière.

J’attends résonne, debout sous les méninges.
Pris au feu rire d’une bande de clous,
surtout ne pas dévier jusqu’à dévivre.

Ne pas salir mon salut.