Accueil
dessins
peintures
sculptures
projets
installations
architecture
poésies

8 mars 2002


Assise sur quatre pieds usés,
les yeux presque évanouis,
transparée de grande absence,
percluse de clous mâchés,
balayée d'un mauvais vent cranien
pour se cacher un peu plus loin,
acheminer encore son errance,
dans le vaste blanc gravé de cris,
dans le vaste noir gavé de silence.

Jamais dénoncement du pire,
jamais repoussement des piques,
jusqu'à déborder de blessure,
de bleu inaltérable,
jusqu'à s'engloutir d'oubli et se prier de mourir.

C'est un gouffre laissé à l'érosion,
à regarder vieillir,
et lancer des avions de papier avec écrit je t'aime.