Accueil
dessins
peintures
sculptures
projets
installations
architecture
poésies

24 mars 2004

Coque de va en mer,
bloc en sac,
épave et pavé,
bouche et langue désunies.

Loin après ce temps,
garée en tanière,
toujours tenue au pied,
à la gorge,
à un lacet noué,
une voix blanche à la décision semi-prise résume en points rouges
le défilé des éperons de la nuit.

Loin d’avant,
perdue l’histoire de la passe en guerre perçue dans un exit secours,
dans la valise fermée qui s’ouvre encore, fragile.
Des choses s’y entendent,
à perte haleine,
des acouphènes de présence.

La grèle bat mes paravents.
En amont de l’échine le vague terrain d’encaissement gère la lumière des années.
Dessous, une barre à bang attend dans son goulet de mine.