Accueil
dessins
peintures
sculptures
projets
installations
architecture
poésies

25 septembre 2003

Le bain du brasier moulait mes convictions.
Le matin ciselait dans la suée le dédale incurvé par la peur.

L’escarpement dressait un sens au retour sur l’oubli.

Mes canines sortaient en silence pour s’échapper du crime.
Mille poissons lachaient le banc,
chacun dictant sa ligne, son rang dans la supplique.

J’ai veillé sur le partage des eaux en larmes et en jouissance,
et nul n’avait prédit mon accord à la soudure.

Après tout, je reste solidaire de mon enfance.